Author Archives: nj62135-ovh

Retour sur le Conseil Métropolitain du 1er avril 2016

Après le vote du budget le 4 mars dernier, le Conseil Métropolitain s’est à nouveau réuni le vendredi 1er avril avec un ordre du jour varié. Des délibérations d’importance ont ainsi été votées: vote du schéma métropolitain de développement touristique, lancement de l’élaboration du schéma de desserte forestière, plan 2016-2020 de l’Economie Sociale et Solidaire etc… Retrouvez ci-dessous les interventions des membres du groupe ADIS sur ces délibérations.

[Schéma métropolitain de développement touristique]

g.balestrieri

Geneviève Balestrieri a salué la démarche collaborative d’élaboration du schéma directeur de développement touristique, construit avec les acteurs économiques, touristiques, mais également les groupes politiques.
Ce schéma porte des valeurs qui sont chères au groupe ADIS. En premier lieu, il est essentiel de replacer l’habitant au cœur de ce dispositif, car un territoire attractif pour les touristes c’est avant tout un territoire de qualité pour ses habitants. La mise en valeur de nos espaces naturels remarquables sera également un enjeu fort, à travers notamment notre réseau de sentiers.
Enfin, il sera nécessaire de partir de l’existant, car le tourisme est un levier du développement économique qui doit s’appuyer sur le rayonnement des équipements les plus importants ainsi que sur les produits touristiques existants et ayant déjà fait leur preuve comme les circuits patrimoniaux ou les routes des savoir-faire.

[Lancement de l’élaboration du schéma directeur des espaces économiques]

Jacques Nivon

Jacques Nivon a rappelé les priorités du groupe ADIS au sujet du lancement de l’élaboration du schéma directeur des espaces économiques :

-La question des friches : développement économique doit s’y faire en priorité sans toucher au foncier agricole.

-Avoir une véritable stratégie d’optimisation de l’espace en densifiant au maximum les zones. Cela nécessitera une organisation importante pour faire concorder l’offre et la demande : mixer les activités économiques dans un même espace ou dans un même bâtiment.

-Un constat : les terrains à vocation économique n’ont plus la même attractivité pour les investisseurs et les choix de valorisation s’orientent davantage sur la réalisation de logements. Nous devons donc faire en sorte que les espaces dévolus à l’activité économique le restent bien et ne soient pas concurrencés par l’habitat. Il est en somme nécessaire de sanctuariser ces espaces comme c’est le cas pour les terres agricoles.

-S’agissant de notre stratégie d’implantation des entreprises sur notre territoire, nous devrons veiller à un rééquilibrage en termes d’emplois, notamment dans le Sud où un déficit a été clairement identifié dans le cadre du SCOT de la Région Urbaine Grenobloise.

[Plan de développement 2016-2020 de l’Economie Sociale et Solidaire]

jn_causse

Pour Jean-Noël Causse c’est un secteur d’activités qui innove, expérimente les mutations des modes de développement de nos territoires  et renforce tous les autres secteurs. Il est enraciné sur notre territoire, donc créateur de vraies richesses, utiles à nos concitoyens. Pour la Métro, c’est un partenaire qui présente de multiples avantages et de multiples opportunités : nous pensons bien sûr aux entreprises d’insertion qui remplissent à la fois la fonction d’entreprise mais aussi celle d’insertion de nos concitoyens les plus défavorisés. Nous pensons aussi aux associations qui jouent un rôle essentiel dans nos communes, conjuguant des compétences professionnelles à des compétences bénévoles. Elles ont par exemple été précieuses dans nos communes au moment d’organiser les nouvelles activités périscolaires. De multiples pistes de partenariat entre les collectivités territoriales et l’ESS restent encore à inventer dans tous les domaines de compétences des uns et des autres, et nous comptons bien sur cette délibération pour y contribuer. »

[Lancement du dispositif Mur/Mur II]

jl_poulet

Jean-Luc Poulet a indiqué le soutien du groupe au lancement du projet Mur/Mur 2.
Néanmoins, il a rappelé qu’il sera nécessaire à l’avenir de mettre en place une aide directe pour les propriétaires de logement individuel les plus précaires, comme c’est le cas pour les copropriétaires dans ce dispositif Mur/Mur 2. Effectivement, le logement individuel représente 28% des consommations résidentielles annuelles sur notre territoire. Dans ces maisons individuelles le coût du chauffage en moyenne dépasse les 2000 par an, soit plus du double que pour un logement collectif. Cet écart entre ces types d’habitat accentue encore les difficultés des ménages les plus modestes en logement individuel. Il semble donc obligatoire d’inciter ce type d’habitat à renforcer leur isolation thermique et diminuer leur consommation énergétique tout en améliorant leur confort. Une telle aide pour les logements individuels contribuerait à atteindre les objectifs que s’est fixée notre métropole dans le cadre de la loi de transition énergétique, du plan air climat et de son schéma directeur de l’énergie, avec un objectif de réduire la consommation énergétique de 30% d’ici à 2020 et de 40% en 2030.

[Schéma métropolitain de desserte forestière et de mobilisation des bois]

f_audinos

Françoise Audinos a annoncé le lancement de l’élaboration du schéma de desserte forestière métropolitain.
Ce schéma de desserte forestière sera un véritable outil pour aménager et dynamiser notre territoire et ses forêts. Aujourd’hui, notre territoire est recouvert à 55% de forêts. Dans ce contexte, le schéma de desserte forestière sera un outil structurant, alors que nos forêts faiblement cultivées ont besoin, pour une meilleure exploitation, d’un schéma de dessertes forestières adaptées qui devra comprendre une fiche de la voirie actuelle, un plan de mobilisation par câble ainsi qu’un programme d’actions avec les priorités d’investissement. Il permettra de mieux organiser la filière économique d’exploitation, génératrice d’emplois, et contribuera au plan « énergie climat » de la métropole en développant la production des bois de construction ou d’énergie tout en maintenant les côteaux entretenus.

[Vœu] de Grenoble-Alpes Métropole relatif au déploiement de compteurs Linky

Lors du Conseil Métropolitain du 1er avril, les conseillers métropolitains ont voté à l’unanimité un vœu relatif au déploiement des compteurs Linky.

Jacques Nivon, président du groupe ADIS, est intervenu dans le cadre des débats sur ce vœu: « lorsque nous et nos populations sommes confrontés à des évolutions technologiques, il y a des craintes qui sont émises et des peurs qui s’expriment, et je pense que l’on ne peut pas vivre en permanence avec ces peurs dans notre société. Il faut rappeler toutes les informations qui ont été données par ERDF sur ces compteurs Linky, mais aussi tout le travail qui a été fait par l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME) et par les associations qui s’occupent de l’environnement. Considérant ces éléments, notre groupe votera ce vœu ».

Vous pouvez retrouver un article qui relate les débats autour de ce vœu en intégralité sur le site internet du Dauphiné Libéré

 

 

[Revue de presse] Dauphiné Libéré du 2 avril 2016 « Tourisme: la Métropole met le paquet ! »

Le Dauphiné Libéré du 2 avril relate les débats lors du Conseil Métropolitain sur le schéma métropolitain de développement touristique. Fabrice Hugelé, vice-président de la Métropole en charge de l’économie, l’industrie, l’attractivité du territoire et le tourisme, a mis en avant les atouts de la Métropole grenobloise « largement au-delà de ce que l’on trouve dans les agglos équivalentes ». Geneviève Balestrieri a insisté au nom du groupe ADIS sur la nécessité de « replacer l’habitant au cœur du dispositif, mettre en valeur les espaces naturels, et tenir compte des produits touristique existants ».

Vous pouvez retrouver cet article en intégralité dans l’édition du samedi 2 avril du Dauphiné Libéré ou sur leur site internet [réservé aux abonnés].

Lettre d’information n°11: 2016, une année pour définir notre projet de territoire

 

Comme pour nos communes, la construction du budget métropolitain est un exercice difficile tant notre capacité d’action est contrainte par le contexte économique national. Nous devons aussi supporter et surmonter les effets du Pacte de responsabilité pour ne pas succomber au couperet financier que subissent bien de nos collectivités et de nos administrés (6 millions d’Euros en 2016). L’analyse du budget se révèle tout aussi difficile tant le contour de nos compétences se modifie et il est compliqué de pouvoir ainsi comparer et se projeter.

C’est pourquoi, nous avons proposé à l’occasion du vote du budget le 4 mars dernier de changer le mode de construction des budgets à venir. Cela, de manière à faire jouer pleinement le rôle de notre force démocratique et à renforcer l’appropriation politique des chiffres qui sont travaillés avec rigueur par les services, les Vice-Présidents et conseillers délégués. Nous sommes depuis 2 ans en train d’absorber des nouvelles compétences ; cela complique la lisibilité des chiffres, leur analyse et leur traduction en priorités. Les orientations politiques et les arbitrages sont portés par notre exécutif mais la lisibilité, la compréhension des choix que nous faisons doit être accessible à l’ensemble des élus de notre assemblée.

Nous avons cette année des défis majeurs à relever : contenir nos dépenses de fonctionnement tout en repensant notre organisation humaine pour la stabiliser. C’est sans doute le chantier le plus important : offrir un cadre clair à nos agents, un cadre au service d’un projet compris et partagé par tous. Cet enjeu apparaît explicitement dans cette présentation budgétaire, reste à s’en saisir et à avancer collectivement.

Un autre défi important sera celui de l’organisation de la compétence voirie et espaces publics. Comment optimiser l’intervention métropolitaine pour offrir un service de qualité avec, au total, moins de moyens ? Nous devrons collectivement faire preuve de sobriété, nous approprier de nouveaux référentiels, de nouveaux standards. Il faudra toujours agir avec en tête une vision d’ensemble de notre Métropole et la conscience des priorités, ce sera le grand chantier de la priorisation des travaux avec l’adoption de critères objectifs pour obtenir l’adhésion de tous.

L’élaboration du PLUi que nous lançons cette année sera enfin un marqueur important de notre mandat. Il formalisera nos priorités et sera un document de référence pour l’action de nos communes. Ce document réglementaire devra répondre à l’enjeu de l’équilibre de l’organisation territoriale. Transversal à toutes nos politiques, il devra traduire les objectifs structurants de notre projet métropolitain. Nous nous félicitons donc que notre Métropole s’engage dans la définition de son projet. Il s’agit là d’un travail collectif de réflexion non seulement sur le processus de métropolisation mais aussi sur la façon dont nous construisons ensemble cette Métropole qui est avant tout la propriété des habitants dans leur diversité. Construire collectivement, c’est fédérer autour d’un projet, c’est créer de la connaissance, du respect mutuel et de la confiance et c’est ce à quoi notre groupe s’emploie.

Signature Jacques Nivon3

 

 

 

 

 

 

Retrouvez la lettre d’information n°11 dans son intégralité: Budget 2016, augmentation de la TEOM…

Lettre d’information n°10: « Le câble en ordre de marche »

Notre Métropole va poursuivre les études concernant le projet Métrocâble reliant Fontaine à Saint Martin le Vinoux à l’horizon 2021. C’est l’objet de la délibération que notre groupe a soutenu lors du conseil métropolitain du 29 janvier dernier. Cette nouvelle liaison aura pour vocation d’alléger un secteur déjà engorgé où des projets d’aménagement d’envergure sont prévus (Portes du Vercors, parc d’Oxford…).

La concertation qui a été organisée fin 2015 a émis un avis globalement favorable sur le projet. Si l’on peut déplorer le manque d’intérêt que celle-ci a suscité auprès des citoyens, on ne peut que saluer la volonté marquée par la Métropole de les avoir associés bien en amont.

Pour autant, devant l’investissement considérable et les charges d’exploitation qui incomberont à cette nouvelle liaison, le groupe ADIS a souhaité interroger l’assemblée sur nos priorités. Nous devons prendre de la hauteur pour avoir une vision globale de notre politique de déplacement, déterminer nos priorités en termes de maillage, de performance mais aussi en termes de politique tarifaire. Nous avons fait un pas vers une tarification plus juste et plus efficace socialement. Nous pouvons aller encore plus loin, affiner davantage ces tarifs pour le transport des scolaires.

Cela renvoie en réalité à notre stratégie globale de mobilité. Les problèmes d’accessibilité de notre région urbaine constituent un handicap majeur pour son développement. L’offre de transports est l’une des solutions, pour peu qu’elle apporte une véritable alternative à l’automobile pour tous les habitants. Nous avons des gros nœuds de circulation que nous devons traiter eux-mêmes, bien évidemment, mais leur résorption sera d’autant plus efficace si l’on agit en amont, et notamment au niveau des différentes entrées de notre agglomération.

Notre modèle de déplacement, longtemps considéré comme novateur, doit se renouveler, assurer un maillage territorial équilibré. Si l’on regarde la carte de l’offre de transport, la desserte du Grand Sud apparaît clairement comme un besoin prioritaire sur lequel il faut investir ; c’est un chantier de l’année 2016 porté également par le SMTC.

Offrir une alternative structurante à des besoins avoisinant, pour cette zone, les 30 000 véhicules par jour ; c’est renforcer l’équité de nos dessertes territoriales, disposer d’un levier très important pour réduire le trafic, les embouteillages, la pollution et c’est surtout construire un territoire parfaitement intégré sans zones enclavées. Nous devons être en mesure de mettre en place un axe desservant le Sud structurant et incitatif, lancer de manière concrète la question du tram-train.

C’est pourquoi, notre conseil a également voté, à travers cette délibération, la reprise du chantier urgent de mise en cohérence des enjeux de déplacements avec pour objectif l’adoption d’un schéma de transports et de mobilités à l’horizon 2030.

 

Signature Jacques Nivon3

 

 

 

 

 

 

Retrouvez la lettre d’information n°10 dans son intégralité: le projet Cœurs de ville Cœurs de Métropole, le nouveau dispositif d’aides directes au commerce, la feuille de route déchets 2016-2021…

« Un nouveau directeur attendu cette année » – DL 1/02/2016

Danielle Mantonnier, présidente des Pompes Funèbres Intercommunales, a annoncé dans le cadre des vœux de la SEM le prochain recrutement d’un directeur ou d’une directrice. Elle a également salué ce « service publique de qualité, […] fruit du travail conjugué de toute une équipe de professionnels ».   

Vous pouvez retrouver l’article complet dans l’édition du 1er février du Dauphiné Libéré.

1 10 11 12 13 14 16