Category Archives: Non classé

Conseil du 6 juillet : retrouvez les interventions des membres du groupe ADIS

Françoise Cloteau intervient pour présenter la politique « pour le logement d’abord » : lutter contre le sans-abrisme, inverser la logique en donnant la priorité au logement, mettre les personnes au centre de la démarche, tels en sont les grands principes.

Mais aussi l’avis de la Métropole sur le schéma départemental d’aires d’accueil des gens du voyage :

S’agissant du 2ème débat sur le PADD, elle a rappelé les priorités du groupe : diminuer la consommation foncière, conforter toutes les fonctions de la terre, agir pour une agriculture de qualité, préserver notre identité paysagère grâce à l’outil précieux de l’OAP paysage. La diversité de nos communes est une chance et toutes méritent d’avoir voix au débat. La Métropole représente ses habitants mais aussi ses territoires agricoles et forestiers avec des enjeux qui doivent être défendus.

Concernant le schéma directeur des itinéraires cyclables, elle a insisté sur l’importance de pouvoir intégrer dans le PLUi les emplacements réservés, surtout au niveau du plateau de Champagnier dont le développement est bloqué depuis 10 ans et qui va connaître avec la levée du PPRT, une hausse brutale de la circulation d’ici quelques mois.

Jean-Luc Corbet intervient sur le projet de Plan de Déplacement Urbain : renforcer les 4 branches du X grenoblois en développant tous les modes de déplacements est une priorité. Notre territoire et nos infrastructures offrent un potentiel de transport ferroviaire à saisir : nous devons être convaincants car pour rénover et développer ce réseau il est indispensable que l’Etat et la région nous entendent.

Quant au projet de requalification des espaces publics autour du centre commercial Grand’Place qui va également s’agrandir et être rénové, il est pour Guy Jullien, attendu avec impatience par les commerçants, les élus et surtout les habitants pour qui Grand’Place joue un rôle de proximité et de lien social.

Christophe Mayoussier présente le projet de fusion des contrats de prestation avec la société publique locale Eaux de Grenoble Alpes. Un Projet destiné à faciliter les relations financières entre la Métropole et la SPL et à optimiser les coûts d’exploitation du service public de l’eau potable.

Raphaël Guerrero la création d’un budget annexe Gemapi qui, suite au transfert en direction de la Métropole, garantira la transparence et l’identification des coûts de cette nouvelle compétence en partie financée par la nouvelle « taxe Gemapi ».

La démarche relative à la durée et à l’organisation du temps de travail initiée lors de ce dernier conseil doit pour Jacques Nivon, se faire dans un climat de confiance entre les agents, les organisations syndicales, les élus et la direction. Nous devons prendre le temps nécessaire pour trouver un consensus  avec l’ensemble des partenaires à chaque étape de la démarche.

PADD, PDU, itinéraires cyclables… : les autres décisions du conseil du 6 juillet dernier

D’autres décisions importantes à l’ordre du jour du conseil métropolitain du 6 juillet ont été prises par nos élus :

L’avis de la Métropole sur le schéma départemental 2018-2024 d’accueil des gens du voyage : un avis favorable pour la réalisation d’une aire d’accueil sur le site du Rondeau, la création de l’aire de grand passage, la maintien des aires de Vizille et Esmonin et la transformation des terrains sédentarisés conformes en terrains familiaux / une réserve sur la production d’un diagnostic social approfondi des ménages ancrés sur le territoire. 

L’avis de la Métropole sur le Plan de Déplacement Urbain qui planifie et programme à horizon 2030, le transport et le stationnement, tous modes confondus à l’échelle du territoire du SMTC : un avis favorable au regard de l’importance de mettre en œuvre un système de mobilité durable au service d’une métropole polycentrique. L’occasion aussi pour la Métropole de réaffirmer l’impérieuse nécessité de développer la desserte ferroviaire du bassin grenoblois.

L’adoption du schéma directeur des itinéraires cyclables qui, par la structuration de réseaux principaux et secondaires irrigant l’ensemble du territoire et assurant la liaison avec les différentes dessertes locales, ambitionne de tripler la part modale du vélo d’ici 2020.

 

2ème débat sur les orientations du projet d’aménagement et de développement durables (PADD) du PLUi : l’occasion de revenir sur le travail réalisé en matière de paysages et de patrimoine inspiré notamment par certaines communes du Sud Grenoblois et qui témoigne de la volonté de la Métropole de respecter l’identité et la diversité de ses territoires.

Le projet de réaménagement autour du centre commercial Grand’Place a également été lancé. Il permettra de rendre plus attractif cet espace public, de faciliter son appropriation par les piétons mais aussi de favoriser l’usage du vélo et des transports en commun. Le public est donc invité à donner son avis via entre autre la plateforme de concertation de la Métropole.

 

Cœur de ville, cœur de Métropole Vizille, police métropolitaine des déchets… : retour sur le conseil du 25 mai

Plusieurs décisions importantes ont été discutées et votées, parmi celles-ci le lancement du projet Cœurs de ville, cœurs de Métropole-Vizille qui en préfigurant la restructuration du centre ancien de la commune, renforcera la 2ème centralité commerciale de la Métropole. Jean-Claude Bizec, son Maire a tenu à préciser que ce projet contribuerait à développer les synergies entre la ville et le château, à valoriser l’architecture de la place centrale et à conforter le rôle touristique de Vizille dans notre Métropole.

Retrouvez son intervention :

La création d’une police métropolitaine de l’environnement a été votée. Partie intégrante du schéma directeur pour la réduction et la valorisation des déchets, elle renforcera les moyens dont disposent les Maires en se consacrant aux incivilités telles les dépôts sauvages ou le non respect du règlement de collecte.

Le compte administratif 2017 a également été adopté. Retrouvez les interventions de Raphaël Guerrero et Jacques Nivon :

Le réaménagement de l’A480 a, par ailleurs, fait l’objet d’un protocole d’accord entre la Métropole, l’Etat, le Département de l’Isère, AREA et le SYMBHI concernant la digue des eaux claires. Il garantit le traitement d’ensemble et synchronisé des travaux de cette digue et de ceux de l’A480 et répond au double enjeu de protection contre les crues du Drac et de modernisation de l’infrastructure routière.

Retrouvez la présentation de Christophe Mayoussier :

La contractualisation financière de la Métropole avec l’Etat a enfin suscité des discussions animées. Jacques Nivon est intervenu en condamnant cette nouvelle contrainte de l’Etat en direction des collectivités.

Retrouvez son intervention :

La Métropole dans vos communes

Education à l’environnement, isolation thermique, chauffage collectif… : retrouvez les actions de Grenoble Alpes Métropole dans nos communes :

  • Projet pédagogiques dans les écoles : les candidatures pour l’année 2018-2019 sont ouvertes.
  • Suite au succès de Mur Mur, Grenoble Alpes Métropole a lancé Mur Mur 2 qui, depuis 2016, s’adresse aussi aux maisons individuelles. Cette nouvelle disposition tient compte des spécificités des communes péri-urbaines et plus rurales de notre territoire. Pour en savoir plus
  • Fonds Chaleur territorialisé : un nouveau dispositif instruit par Grenoble Alpes Métropole pour soutenir les projets de chauffage de faible à moyenne puissance et favoriser les énergies renouvelables dans nos communes. Pour en savoir plus
  • Location solidaire et sécurisée pour les propriétaires : rejoignez le dispositif « Louez facile« . Pour en savoir plus

 

Vœu contre la mise en concurrence des concessions hydrauliques

Vendredi 6 avril 2018

Mesdames, Messieurs,

Le 22 octobre 2015, la Commission européenne a adressé une mise en demeure à la France, l’enjoignant d’accélérer l’ouverture à la concurrence du marché de l’électricité et notamment des concessions hydroélectriques, arrivant progressivement à échéance. A ce jour, celles-ci sont confiées aux opérateurs historiques que sont principalement Electricité De France mais également la Compagnie Nationale du Rhône et la Société Hydro-Electrique du Midi.

Dans ce contexte, est aujourd’hui envisagée une mise en concurrence par lots concernant notamment, en 2018, la concession hydroélectrique du Lac mort sur la commune de Saint Barthélémy de Séchilienne, indépendamment des ouvrages situés en amont et en aval.

Une telle mise en concurrence présente un risque sensible de dégradation de l’efficience économique et environnementale des concessions hydroélectriques, susceptible de résulter, in fine, en un surcoût pour l’usager. En effet, les lots envisagés ne respectent pas de logique territoriale d’exploitation à l’échelle des vallées et sont susceptible d’empêcher, quand bien même il serait le plus performant, un opérateur historique d’emporter les lots relevant d’un même ensemble hydraulique. Par ailleurs, les opérateurs historiques assument aujourd’hui, sans compensation, des charges correspondant à des missions de service public, par exemple en matière de gestion de la ressource en eau mais également de prévention des risques d’inondation, enjeu tout particulièrement prégnant sur le territoire métropolitain, dans le cadre d’un équilibre d’ensemble qui sera, le cas échéant, remis en cause et nécessitera le développement de mécanismes de compensation.

A une telle inquiétude quant à la dégradation de l’efficience économique et environnementale des concessions hydroélectriques s’ajoute une inquiétude quant à la poursuite des investissements indispensables en la matière et au devenir des salariés concernés. De telles inquiétudes sont encore renforcées au regard de l’impérieuse nécessité de transition énergétique et écologique et l’enjeu stratégique d’intérêt national que représente l’hydroélectricité, première source d’énergie renouvelable à l’échelle nationale, soit entre 12 et 14% de la production totale.

C’est pourquoi le Conseil métropolitain :

-réaffirme avec force son attachement au service public de l’énergie ;

-demande au Gouvernement et au Parlement, au regard du risque sensible de dégradation de l’efficience économique et environnementale des concessions hydroélectriques, susceptible de résulter, in fine, en un surcoût pour l’usager, et de l’intérêt stratégique national en la matière, la mise en place d’un moratoire quant à toute décision relative à leur devenir ;

-mandate le Président pour solliciter auprès de l’Etat la mise en place d’une large concertation à ce propos qui devra notamment permettre de renforcer l’association des collectivités locales mais également des usagers dans le cadre des concessions hydroélectriques futures.

xxxxxxxxx

Jean-Luc Corbet a rappelé notre attachement à l’action d’EDF sur notre territoire et notre refus de prendre le risque que les barrages qui menacent la majeure partie de nos habitants passent aux mains d’opérateurs privés. Retrouvez son intervention :

 

Neyrpic, qualité de l’air, projet de mémoire sur la Shoah… : retour sur le Conseil du 6 avril 2018

Plusieurs décisions importantes ont été discutées et votées lors du dernier conseil métropolitain parmi lesquelles le protocole d’accord pour le centre commercial Neyrpic à Saint Martin d’Hères. Ce projet prévoit la réhabilitation des Halles Neyrpic en un pôle de vie, de loisirs, de restauration, de commerces et un parking d’une surface de plancher totale de 50 000 m² et d’une surface de commerces de 24 000 m2 comprenant 89 boutiques, 9 moyennes surfaces, 20 café- restaurants mais aussi 3 espaces de loisirs. Une ampleur qui a légitimement interpelé les élus métropolitains. Pour notre part, nous avons soutenu le protocole d’accord pour lequel notre collègue Guy Jullien a longuement travaillé en s’efforçant de trouver un compromis entre les craintes et les attentes des différentes forces en présence. La préservation du dynamisme commercial de notre territoire mais aussi les enjeux que ce projet représente en termes de centralité pour la ville de Saint Martin d’Hères a guidé son action et a motivé notre soutien. Ce protocole offre en effet des outils innovants et déployables sur d’autres projets pour organiser l’offre commerciale de notre Métropole en garantissant un équilibre global structuré autour de pôles complémentaires.

Retrouvez les interventions de Guy Jullien et Jacques Nivon :

La feuille de route sur la qualité de l’air élaborée par l’Etat en concertation avec la Métropole a aussi fait l’objet d’un débat lors duquel notre groupe a rappelé l’importance de la couverture végétale en zone urbaine :

Il a également été question du dispositif d’aide au renouvellement des appareils de chauffage au bois pour lequel la Métropole envisage une refonte afin d’en améliorer l’efficacité. Notre collègue Françoise Gerbier a proposé que les dispositions réglementaires encadrant la vente de maisons intègrent l’obligation de remplacer les foyers ouverts par une solution de chauffage au bois moins polluante.

Le projet de mémoire de la Shoah qui s’adresse à des collégiens de la Métropole a par ailleurs été salué par la grande majorité des élus. Jacques Nivon a rappelé que notre territoire avait lui aussi été marqué par l’idéologie nazi et par le courage de ces femmes et de ces hommes qui ont sacrifié leur vie à titre individuel ou dans les maquis de nos massifs. Retrouvez son intervention :

D’autres délibérations ont fait l’objet de débats au sein même du groupe, amenant certains d’entre nous à s’abstenir, notamment sur le soutien à l’association Lahgglo que nous souhaiterions voir travailler davantage en proximité avec nos associations d’habitants dans nos territoires plus ruraux mais aussi concernant la subvention au « Grenoble Street Art Fest » dont l’évolution croissante appelait, selon nous, une réflexion plus globale au préalable.

A noter enfin lors de ce conseil, l’approbation du PLU de la commune de Brié et Angonnes et le lancement du projet Cœur de village, Cœur de Métropole de Champagnier.

Economie : revitaliser nos quartiers et envoyer un message fort à nos PME

C’est un projet ambitieux que Guy Jullien, conseiller délégué à l’artisanat, aux commerces et aux PME a porté lors du dernier conseil métropolitain : il s’agit de favoriser l’implantation de commerces dans le quartier Mistral que nous connaissons tous pour sa difficulté à maintenir des activités économiques. Un long débat a donc occupé notre assemblée quant à sa pertinence tant les problèmes de sécurité y sont enracinés depuis longtemps. Pour autant notre groupe a largement soutenu ce projet car tout l’enjeu est là : ne pas laisser à l’abandon la population de Mistral et créer les conditions pour garantir la tranquillité des commerçants et bien sûr des habitants de façon à créer une véritable vie de quartier.

Au-delà de ce projet de revitalisation commerciale, notre collègue a profité du dernier conseil avant l’été pour adresser un message fort aux PME du territoire « Il faut que nous rendions visible notre vision du développement économique métropolitain. Que fait-on en direction des secteurs qui ont le plus souffert de la crise de 2008-2009 et où on a constaté le plus de pertes d’emploi? Comment accompagne-t-on les autres, créateurs d’emplois, pour impulser une véritable dynamique ? Et surtout comment attire-t-on les entreprises dans une Métropole qui possède des atouts mais aussi des handicaps ? Nous avons la chance d’avoir sur notre territoire des grands donneurs d’ordre. Comment la Métro peut être facilitatrice d’une mise en réseau pour que la sous-traitance reste sur notre territoire ? Nous devons renforcer le secteur des services aux entreprises, notamment logistique. Ces services attirent des filières génératrices d’emplois qui ne nécessitent pas forcément de qualifications élevées et c’est bien ces opportunités de travail que nous devons développer pour une main d’œuvre qui subit, plus que les autres, les effets de la crise. »

 

Jean-Pierre Villoud

  Jean-Pierre Villoud, maire de Mont-Saint-Martin, conseiller métropolitain

jp_villoud

Sollicité par les habitants de son village, Jean-Pierre Villoud devient Maire de Mont-Saint-Martin en 2008. Nichée dans les contreforts du massif de la Chartreuse, Mont-Saint-Martin est la plus petite commune de Grenoble Alpes Métropole. Il renouvelle son mandat en 2014 afin d’accompagner son village dans ces grands changements qu’ont constitué d’abord l’entrée dans la communauté d’agglomérations « Grenoble Alpes Métropole » en janvier 2014, puis la transformation en Métropole en janvier 2015.

Ancien chef d’une entreprise d’électricité en bâtiment, il peut compter sur l’efficacité et la disponibilité de son équipe municipale pour exercer pleinement son mandat de conseiller métropolitain.

 

1 2