Category Archives: Lettres d’informations

Lettre d’information n°19 du groupe ADIS

Bonjour à tous,

Lors du vote du budget le 17 mars dernier, j’ai tenu à rappeler plusieurs priorités du groupe ADIS s’agissant de nos finances locales : la volonté de ne pas laisser augmenter la pression fiscale sur les ménages ni sur les entreprises et le refus d’utiliser l’emprunt s’il nous conduit hors de la zone de sécurité. C’est bien l’orientation choisie par notre Métropole et malgré des ressources très limitées, nous avons choisi de maintenir notre niveau d’investissement alors que la plupart des collectivités le baisse. C’est un signal important pour la qualité de notre service public, l’activité et l’emploi sur notre territoire. Cette volonté nous invite aussi à être exigeants sur la qualité et les retombées de ces investissements : ils doivent à la fois  répondre à nos engagements et garantir à nos concitoyens une action publique efficace et rigoureuse. Cela doit également passer par la maîtrise de nos charges de fonctionnement qui vont faire l’objet d’une attention toute particulière avec la définition d’un plan pluriannuel de fonctionnement. Il donnera à nos services des orientations en matière de gestion générale et d’évolution de la masse salariale. Nous devons être extrêmement vertueux sur cette question tout en ayant une approche humaine et bienveillante de la réalité de nos services et de nos agents.

Retrouvez au sommaire de cette lettre d’information : le vote du budget 2017 et le retour sur le conseil Métropolitain du 24 mars dernier.

           Bonne lecture !

Retrouvez la lettre d’information n°19 du groupe ADIS en intégralité: vote du budget 2017, départ de Jean-Pierre Villoud, stratégie territoriale de sécurité et de prévention etc…

Lettre d’information n°18 du groupe ADIS

Bonjour à tous,

Le dernier conseil métropolitain a marqué une étape importante pour le groupe ADIS : le lancement de notre futur projet métropolitain. Il est fondamental que notre assemblée délibérante fixe un cap politique pour notre métropole. C’est en effet notre rôle que de projeter notre territoire dans l’avenir. C’est aussi notre rôle que de donner une orientation politique forte à nos services ainsi qu’à nos agents afin de les conforter dans leur mission. Nous nous réjouissons donc de pouvoir commencer ce travail de manière collective, au-delà des clivages politiques, en y associant les forces vives du territoire que sont les élus municipaux, les acteurs locaux et surtout les habitants.

Nous devons aujourd’hui relever un défi essentiel, celui de créer les conditions d’un développement économique durable au service de la création d’emplois, dans le respect de notre environnement, de notre qualité de vie et avec une attention particulière envers les populations les plus fragiles.

Retrouvez les déclarations du groupe à ce sujet ainsi que les principales délibérations que nous avons votées lors des conseils du 3 février dernier.

           Bonne lecture à tous !

 

Retrouvez la lettre d’information n°18 du groupe ADIS: lancement de la démarche de projet métropolitain, Cœurs de Ville/Cœurs de Métropole Grenoble, avis du panel citoyen sur le schéma de mobilité Grand Sud etc…

Lettre d’information n°17 du groupe ADIS

Bonjour à tous,

Le conseil métropolitain qui a clos l’année 2016 fut l’occasion de nous positionner sur des sujets aussi fondamentaux que le projet d’aménagement et de développement durables (PADD), le futur plan local de l’habitat ou encore la constitution d’un pôle public de l’énergie pour notre territoire.

Ce fut aussi l’occasion de réaffirmer pour le groupe ADIS l’une de ses valeurs fondatrices : la reconnaissance du rôle incontournable de la commune dans la construction métropolitaine. Les débats passionnants qui ont été suscité par l’élaboration du PADD au sein de nos communes le confirment. Les conseillers municipaux représentent une richesse, une force vive que nous devons mobiliser pour améliorer le fonctionnement de notre collectivité. La commune reste la brique de base de la démocratie et doit continuer d’exister. Nous considérons en effet qu’elle contribue au développement de la Métropole et, qu’à ce titre, il est de notre intérêt qu’elle accompagne et qu’elle participe pleinement à  ses différentes prises de compétence. L’élection au suffrage universel direct pour la Métropole risque d’éloigner nos populations du pouvoir démocratique. Si nous enlevons la proximité et la force de la commune, il n’y aura plus de citoyens mais uniquement des administrés. Notre groupe tient, pour ce qui le concerne, à garder ce rapport de proximité avec les citoyens car il garantit le sens de notre engagement au service de l’intérêt général. L’implication accrue des conseillers municipaux contribue quotidiennement à renforcer ce rapport privilégié ; elle sera la ligne d’action de cette année 2017 pour notre groupe.

           Nous vous souhaitons à tous une excellente année 2017 !

Retrouvez la lettre d’information n°17 du groupe ADIS: Conseil Métropolitain du 16 décembre, débat sur le projet d’aménagement et de développement durables (PADD), programme local de l’habitat 2017-2022, remise d’un « ticket vert » à Grenoble-Alpes Métropole pour la démarche « Métropole apaisée »…

Lettre d’information n°16 du groupe ADIS

Bonjour à tous,

Notre assemblée vient de délibérer au sujet des compétences et des équipements qu’elle jugeait d’intérêt métropolitain en matière de sport et de culture. Ce choix que nous avons longuement débattu est le fruit de près d’une année de réflexion politique collective. Le groupe ADIS a toujours souhaité que les décisions importantes soient partagées et travaillées avec le plus grand nombre de groupes politiques, majorité et opposition confondues. C’est, en effet, en dépassant les clivages politiques,  que nous parviendrons à trouver les meilleures réponses pour nos habitants. C’est l’esprit qui a guidé les nombreux comités de pilotage qui se sont réunis autour des conseillers métropolitains et communaux de toutes les tendances politiques, mais aussi auprès des techniciens qui ont pu apporter leur pierre à l’édifice. Un travail de débat, de réflexions intenses et d’échanges avec les professionnels mais aussi les partenaires institutionnels de la Métropole qui a abouti à des choix et des déclarations d’intention que le groupe ADIS soutient pleinement. Cette méthode de travail qui a été possible grâce à l’implication des élus mais également des services métropolitains est une méthode que notre groupe souhaite voir se renouveler pour les grands sujets à venir de notre collectivité.

Retrouvez les déclarations du groupe à ce sujet ainsi que les principales délibérations que nous avons votées lors des conseils du 3 et 4 novembre.

Bonne lecture à tous,

Signature Jacques Nivon3

 

 

 

 

 

 

Retrouvez la lettre d’information n°16 du groupe ADIS: définition de l’intérêt métropolitain, révision du Contrat Plan État Région, modification des statuts d’Alpexpo, schéma directeur énergie…

Lettre d’information n°15 du groupe ADIS

Bonjour à tous,

Le groupe ADIS a organisé sa 2ème Assemblée Générale à la Mairie de Venon le 7 octobre dernier. L’occasion pour les élus métropolitains de dresser un bilan de l’année passée en soulignant les moments forts que nous avons vécus au sein  de la Métropole.

L’année a ainsi été marquée par de nombreux dossiers centraux pour nos 49 communes: le transfert de la compétence voirie, l’instauration d’un tarif scolaire différencié selon le niveau de desserte en transports en commun des zones de la Métropole ou encore le lancement des conférences territoriales, qui offrent un nouveau temps d’échanges pour nos communes et leurs conseillers municipaux. Nous avons  encore des efforts à faire pour améliorer l’appropriation des projets métropolitains par les habitants dans nos communes, et cela doit passer par l’élaboration d’une charte de confiance destinée à asseoir les relations Commune-Métropole. De nombreux chantiers importants nous attendent pour cette année 2016-2017: le Projet d’Aménagement et de Développement Durable du futur Plan Local d’Urbanisme Intercommunal sur lequel les conseils municipaux de nos 49 communes devront débattre dès ce mois-ci; les transferts de compétences départementales et l’intérêt métropolitain en matière de culture, de sport, d’aménagement, de cimetières ; mais également d’autres dossiers structurants comme le Plan Local de l’Habitat ou le Plan de Déplacement Urbain.

Le conseil métropolitain du 30 septembre nous a déjà permis de traiter certaines délibérations centrales, comme l’adoption du plan d’action « ville respirable », qui a pour objectif d’améliorer la qualité de l’air dans l’agglomération, ou encore le vote du protocole d’accord entre la Métropole, le Département, l’Etat et AREA sur le Rondeau et l’A480. C’est un investissement majeur qui a été décidé collectivement par ces acteurs, en dépassant les clivages politiques, et ce afin de fluidifier cet axe central de circulation dans notre agglomération.

Bonne lecture à tous                                                                        Signature Jacques Nivon3

Retrouvez la lettre d’information n°15 du groupe ADIS: protocole d’accord sur l’A480 et l’échangeur du Rondeau, participation de la Métropole au salon MIPIM 2017, adoption du plan d’actions « Métropole respirable 2016-2020″…

Lettre d’information n°14 du groupe ADIS

Bonjour à tous,

Dans les débats politiques qui ont animé le dernier conseil métropolitain avant la pause estivale, le groupe ADIS a pris toutes ses responsabilités face à des choix politiques difficiles à faire.

En premier lieu, la question des emprunts toxiques pour laquelle nous faisions face à deux choix très inconfortables : bénéficier du fond de soutien de l’Etat et pour cela conclure un accord transactionnel avec la banque et renoncer en contrepartie à tous nos recours judiciaires ou bien, continuer le contentieux avec le risque de perdre bien plus s’il n’aboutit pas. Entre ces 2 solutions, nous avons choisi d’accepter la transaction. Nous prenons nos responsabilités vis-à-vis de nos habitants, en sortant de ce système et en arrêtant de faire des paris sur l’avenir avec les deniers publics. Pour autant, avec ce choix, nous regrettons que la banque s’en sorte une nouvelle fois sur le dos des collectivités et surtout des contribuables. Quant au rôle joué par l’État, c’est bien légitimement qu’il soulève de sérieux questionnements: est-il le garant de l’intérêt général ? Est-il le soutien des collectivités locales ou l’actionnaire de Dexia qu’il a déjà dû sauver en catastrophe de la faillite avec nos impôts? Tous ces constats nous laissent un goût amer, mais si nous prenons le risque de perdre le combat juridique comme la majorité des communes qui n’ont pas pu s’appuyer sur la jurisprudence passée, nous aurons à expliquer à nos concitoyens que nous aurions pu arrêter tout cela mais que nous ne l’avons pas fait. Nous avons donc choisi de stopper l’hémorragie et de sauvegarder plusieurs millions d’euros au bénéfice de nos projets métropolitains.

Autre sujet épineux qui a marqué ce conseil : la question du stade des Alpes et du référé préfectoral concernant l’avenant voté difficilement en décembre 2015 et qui actait un dédommagement de 750 000 euros pour le délégataire du stade. Le choix du mode de gestion idoine pour un tel équipement a ainsi fait l’objet d’échanges constructifs entre les élus métropolitains. Si nous sommes convaincus que gérer un stade de cette taille reste un vrai métier, nous devons, malgré tout, mettre à plat cette délégation : estimer tous les coûts induits et évaluer réellement les risques supportés par l’exercice d’une telle activité. Cela nous permettra de choisir en pleine conscience le mode de gestion le plus approprié qui réponde aux contraintes financières de notre métropole et à sa volonté politique de soutenir les clubs sportifs. C’est un problème de fond que le Conseil Métropolitain doit trancher, et qui soulève de nombreuses interrogations : quel avenir pour ce stade ? Le maintien de deux clubs reste-il souhaitable ? Quel rôle pour le délégataire avec quels moyens ? Nous avons donc demandé à ce qu’un travail collectif associant tous les groupes politiques de notre assemblée soit mené pour étudier les différents modes de gestion ; leurs avantages et leurs inconvénients. C’est l’un des chantiers qui nous attend dès la rentrée prochaine et nous pourrons compter sur l’expertise des personnalités ayant déjà travaillé sérieusement la question.

Nous vous souhaitons à tous un excellent été 

Signature Jacques Nivon3

 

 

 

 

 

Retrouvez la lettre d’information n°14 du groupe ADIS: centre de distribution urbaine, renforcement des coopérations interterritoriales, tribune « Accroître la force économique des commerces, de l’artisanat et des PME » par Guy Jullien…

 

La lettre d’information n°13 du groupe ADIS

Bonjour à tous,

Le groupe ADIS vous propose pour cette lettre d’information n°13 un retour sur les positions tenues par le groupe sur les principales délibérations votées lors du Conseil Métropolitain du 27 mai, ainsi que plusieurs articles relatifs à notre actualité et celle de la Métropole. Des délibérations d’importance ont été votées lors de ce Conseil et je souhaite plus particulièrement attirer votre attention sur le vote d’une double délibération qui concerne l’épisode de pollution de la source de l’Echaillon qui a touché les communes du Gua, de Vif et de Varces.   L’eau est essentielle à la vie et la pollution de la source de l’Echaillon constitue un accident majeur gravissime dont la population desservie a été victime. Des informations contradictoires sur la potabilité de l’eau ont renforcé la colère des usagers, une colère légitime et compréhensible qui nous impose  collectivement d’avoir une totale transparence sur les causes de pollution et le traitement  de la communication. Les causes des dysfonctionnements doivent être analysées dans le détail par des experts et chacune des causes devra faire l’objet de mesures correctives concernant des dispositions, matérielles, organisationnelles voire humaines. Les décisions prises suite à cet accident majeur doivent être publiques car la confiance se mérite et nous ne devons pas ménager nos efforts pour la rétablir. Nous devons travailler à un système d’alerte en masse partagé entre les communes et la Métropole, afin que le maire puisse disposer d’un ou plusieurs moyens d’alerte reconnaissables par ses administrés pour chaque situation de crise. Sur cette question, nous souhaitons que la Métropole prenne en charge le système d’alerte en masse qui a été restitué aux communes de l’ex Sud Grenoblois  suite à la fusion.

Bonne lecture à tous !

Signature Jacques Nivon3

 

 

 

 

 

 

Retrouvez la lettre d’information n°13 du groupe ADIS: retour sur le Conseil Métropolitain du 27 mai, vœu de soutien à l’EPFL du Dauphiné, plateforme Carticipe pour participer à l’élaboration du Plan Local d’Urbanisme Intercommunal…

Vous pouvez également vous abonner à la lettre d’information du groupe en renseignant votre adresse email sur la page d’accueil de ce site internet (colonne de droite).

La lettre d’information n°12 du groupe ADIS

Bonjour à tous,

Le groupe ADIS vous propose une nouvelle formule pour sa lettre d’information. Plus interactive, elle permet un suivi plus dynamique de l’activité du groupe et de son site Internet. Au sommaire de cette nouvelle lettre, vous pourrez prendre connaissance des positions du groupe sur les principales délibérations votées lors du Conseil Métropolitain du 1er avril ainsi que plusieurs articles relatifs à notre actualité et celle de la Métropole. Je souhaite plus particulièrement revenir sur le schéma métropolitain de développement touristique voté lors de ce dernier conseil et qui a été élaboré de manière collaborative avec les professionnels du tourisme, les acteurs économiques, et les groupes politiques. Notre groupe a largement contribué à sa définition avec la participation active de notre collègue, Geneviève Balestrieri, au comité de pilotage dédié. L’amendement proposé par la majorité métropolitaine reprend finalement les propositions portées par le groupe et nous nous en réjouissons. Le lancement de la démarche d’élaboration du futur schéma directeur des espaces économiques a également fait l’objet d’un débat très intéressant. Nous avons rappelé avec force la nécessité impérieuse de sanctuariser les espaces à vocation économique, comme c’est le cas pour les espaces agricoles, afin qu’ils puissent jouer pleinement leur rôle en matière d’emploi local. Cette position a été largement partagée par les élus de tout bord au sein de notre conseil métropolitain. Il nous faudra donc veiller à ce que les projets d’aménagement qui seront débattus dans cette enceinte respectent bien ce part pris. Cela sera une priorité pour notre groupe car nous considérons que l’emploi est l’une des principales préoccupations de nos concitoyens. Nous avons par ailleurs voté le lancement du dispositif Mur/Mur II. Après sa première campagne d’isolation qui a connu un fort succès, la Métropole se donne des objectifs plus ambitieux ; avec l’habitat collectif, les maisons individuelles rentrent désormais dans le dispositif.

Bonne lecture à tous !

Signature Jacques Nivon3

Retrouvez la lettre d’information n°12 du groupe ADIS: retour sur le Conseil Métropolitain du 1er avril, Vœu de Grenoble-Alpes Métropole sur le compteur Linky, tribune de Françoise Audinos dans le Métropole printemps 2016 sur l’agriculture de proximité etc…

Vous pouvez également vous abonner à la lettre d’information du groupe en renseignant votre adresse email sur la page d’accueil de ce site internet (colonne de droite).

Lettre d’information n°11: 2016, une année pour définir notre projet de territoire

 

Comme pour nos communes, la construction du budget métropolitain est un exercice difficile tant notre capacité d’action est contrainte par le contexte économique national. Nous devons aussi supporter et surmonter les effets du Pacte de responsabilité pour ne pas succomber au couperet financier que subissent bien de nos collectivités et de nos administrés (6 millions d’Euros en 2016). L’analyse du budget se révèle tout aussi difficile tant le contour de nos compétences se modifie et il est compliqué de pouvoir ainsi comparer et se projeter.

C’est pourquoi, nous avons proposé à l’occasion du vote du budget le 4 mars dernier de changer le mode de construction des budgets à venir. Cela, de manière à faire jouer pleinement le rôle de notre force démocratique et à renforcer l’appropriation politique des chiffres qui sont travaillés avec rigueur par les services, les Vice-Présidents et conseillers délégués. Nous sommes depuis 2 ans en train d’absorber des nouvelles compétences ; cela complique la lisibilité des chiffres, leur analyse et leur traduction en priorités. Les orientations politiques et les arbitrages sont portés par notre exécutif mais la lisibilité, la compréhension des choix que nous faisons doit être accessible à l’ensemble des élus de notre assemblée.

Nous avons cette année des défis majeurs à relever : contenir nos dépenses de fonctionnement tout en repensant notre organisation humaine pour la stabiliser. C’est sans doute le chantier le plus important : offrir un cadre clair à nos agents, un cadre au service d’un projet compris et partagé par tous. Cet enjeu apparaît explicitement dans cette présentation budgétaire, reste à s’en saisir et à avancer collectivement.

Un autre défi important sera celui de l’organisation de la compétence voirie et espaces publics. Comment optimiser l’intervention métropolitaine pour offrir un service de qualité avec, au total, moins de moyens ? Nous devrons collectivement faire preuve de sobriété, nous approprier de nouveaux référentiels, de nouveaux standards. Il faudra toujours agir avec en tête une vision d’ensemble de notre Métropole et la conscience des priorités, ce sera le grand chantier de la priorisation des travaux avec l’adoption de critères objectifs pour obtenir l’adhésion de tous.

L’élaboration du PLUi que nous lançons cette année sera enfin un marqueur important de notre mandat. Il formalisera nos priorités et sera un document de référence pour l’action de nos communes. Ce document réglementaire devra répondre à l’enjeu de l’équilibre de l’organisation territoriale. Transversal à toutes nos politiques, il devra traduire les objectifs structurants de notre projet métropolitain. Nous nous félicitons donc que notre Métropole s’engage dans la définition de son projet. Il s’agit là d’un travail collectif de réflexion non seulement sur le processus de métropolisation mais aussi sur la façon dont nous construisons ensemble cette Métropole qui est avant tout la propriété des habitants dans leur diversité. Construire collectivement, c’est fédérer autour d’un projet, c’est créer de la connaissance, du respect mutuel et de la confiance et c’est ce à quoi notre groupe s’emploie.

Signature Jacques Nivon3

 

 

 

 

 

 

Retrouvez la lettre d’information n°11 dans son intégralité: Budget 2016, augmentation de la TEOM…

Lettre d’information n°10: « Le câble en ordre de marche »

Notre Métropole va poursuivre les études concernant le projet Métrocâble reliant Fontaine à Saint Martin le Vinoux à l’horizon 2021. C’est l’objet de la délibération que notre groupe a soutenu lors du conseil métropolitain du 29 janvier dernier. Cette nouvelle liaison aura pour vocation d’alléger un secteur déjà engorgé où des projets d’aménagement d’envergure sont prévus (Portes du Vercors, parc d’Oxford…).

La concertation qui a été organisée fin 2015 a émis un avis globalement favorable sur le projet. Si l’on peut déplorer le manque d’intérêt que celle-ci a suscité auprès des citoyens, on ne peut que saluer la volonté marquée par la Métropole de les avoir associés bien en amont.

Pour autant, devant l’investissement considérable et les charges d’exploitation qui incomberont à cette nouvelle liaison, le groupe ADIS a souhaité interroger l’assemblée sur nos priorités. Nous devons prendre de la hauteur pour avoir une vision globale de notre politique de déplacement, déterminer nos priorités en termes de maillage, de performance mais aussi en termes de politique tarifaire. Nous avons fait un pas vers une tarification plus juste et plus efficace socialement. Nous pouvons aller encore plus loin, affiner davantage ces tarifs pour le transport des scolaires.

Cela renvoie en réalité à notre stratégie globale de mobilité. Les problèmes d’accessibilité de notre région urbaine constituent un handicap majeur pour son développement. L’offre de transports est l’une des solutions, pour peu qu’elle apporte une véritable alternative à l’automobile pour tous les habitants. Nous avons des gros nœuds de circulation que nous devons traiter eux-mêmes, bien évidemment, mais leur résorption sera d’autant plus efficace si l’on agit en amont, et notamment au niveau des différentes entrées de notre agglomération.

Notre modèle de déplacement, longtemps considéré comme novateur, doit se renouveler, assurer un maillage territorial équilibré. Si l’on regarde la carte de l’offre de transport, la desserte du Grand Sud apparaît clairement comme un besoin prioritaire sur lequel il faut investir ; c’est un chantier de l’année 2016 porté également par le SMTC.

Offrir une alternative structurante à des besoins avoisinant, pour cette zone, les 30 000 véhicules par jour ; c’est renforcer l’équité de nos dessertes territoriales, disposer d’un levier très important pour réduire le trafic, les embouteillages, la pollution et c’est surtout construire un territoire parfaitement intégré sans zones enclavées. Nous devons être en mesure de mettre en place un axe desservant le Sud structurant et incitatif, lancer de manière concrète la question du tram-train.

C’est pourquoi, notre conseil a également voté, à travers cette délibération, la reprise du chantier urgent de mise en cohérence des enjeux de déplacements avec pour objectif l’adoption d’un schéma de transports et de mobilités à l’horizon 2030.

 

Signature Jacques Nivon3

 

 

 

 

 

 

Retrouvez la lettre d’information n°10 dans son intégralité: le projet Cœurs de ville Cœurs de Métropole, le nouveau dispositif d’aides directes au commerce, la feuille de route déchets 2016-2021…

1 2