Conseil Métropolitain du 03 février – Cœurs de Ville/Cœurs de Métropole Grenoble

Le Conseil Métropolitain du 03 février était amené à se prononcer sur le bilan de la concertation et le lancement des travaux pour le projet Cœurs de Ville/Cœurs de Métropole Grenoble. Lors des 03h40 de débat sur le projet, c’est Guy Jullien qui a porté la voix du groupe. Vous pouvez retrouver ci-dessous son intervention:

« J’interviens sur ce dossier complexe qu’est Cœur de Ville/Cœurs de Métropole Grenoble au nom du groupe ADIS, mais aussi avec ma délégation commerce et artisanat. J’ai participé à ce titre au comité de pilotage dédié au projet ainsi qu’aux nombreuses réunions de concertations et d’informations qui ont été organisées avec les acteurs économiques grenoblois mais aussi avec les unions commerciales. Je peux ainsi témoigner qu’il y a bien eu de la concertation, des échanges et de l’écoute, ce qui a modifié au cours des mois de concertation ce projet. Des oppositions fortes subsistent et nous sommes évidemment sensibles en tant qu’élus aux craintes et aux inquiétudes de certains habitants et commerçants face à un projet de cette ampleur.

Cependant, nous pensons aussi qu’il est vital d’investir maintenant pour renforcer l’attractivité du centre-ville grenoblois et de ses commerces, notamment à l’aune des futurs projets de grandes zones commerciales qui se profilent. Je crois qu’il nous faut agir maintenant, afin de devancer la réalisation de ces projets commerciaux  et ne pas reporter le projet car nous serons dans l’impossibilité de le mener à bien avec les travaux de l’échangeur du Rondeau.

S’agissant de la coupure des boulevards Agutte-Rey-Sembat-Lyautey le groupe ADIS souhaiterait insister sur la notion de test d’usage comme cela a été dit par beaucoup de groupes. Les travaux de la compagnie de chauffage prévus dès avril doivent être l’occasion de se confronter à la réalité des report de circulations et des reports modaux prévus par l’étude de Transitech. Il faudra que les élus aient à leur disposition des éléments factuels de comparaison avant et après la coupure de l’axe, en termes de fluidité, de pollution atmosphérique et de report modal sur les autres communes limitrophes. Avec cette phase de test, et suivant ses résultats, nous veillerons alors à ce que la porte reste ouverte pour procéder à des ajustements, voire à un recul sur le projet. C’est d’ailleurs bel et bien prévu par la délibération qui indique que « Cette phase de travaux jusqu’à l’automne 2017 sera mise à profit pour observer le fonctionnement du plan de circulation et si nécessaire l’ajuster », tout cela étant renforcé par l’amendement présenté par le groupe PASC.

Ce qui est certain, c’est que nous devrons avoir une exigence d’écoute, de communication et de réactivité auprès des commerçants pendant cette période. J’y veillerai particulièrement au titre de ma délégation commerce et artisanat. Il faudra être tous aussi exigeants pour la communication auprès des habitants et des visiteurs, notamment en facilitant l’accès aux parkings en ouvrage. A ce sujet, nous devrons mener une réflexion sur notre réseau de parkings relais afin de favoriser l’accès au centre-ville en transports en commun. L’offre en parkings relais nous semble aujourd’hui encore trop insuffisante, en particulier dans le sud de l’agglomération.

Enfin, nous aimerions conclure par un point auquel nous sommes particulièrement attachés au groupe ADIS : le respect de la volonté communale et de ses élus. Nous serons toujours attentifs à la place centrale que doit occuper la commune, même sur des dossiers portés par l’intercommunalité. Cœur de ville/Cœur de Métropole Grenoble est bien un projet sous maîtrise d’œuvre Métro mais cofinancé par la ville et impulsé par les élus de la majorité grenobloise. Ces élus ont la légitimité démocratique pour porter un projet pour leur ville. C’est ce principe qui a guidé les positions du groupe jusqu’à maintenant sur les autres projets Cœurs de ville, je pense notamment à Meylan et au Fontanil, demain à Noyarey et à Pont-de-Claix. C’est cette position que nous porterons encore pour tous les projets Cœurs de Ville/ Cœurs de Métropole. Car Cœurs de Ville Cœurs de Métropole ce n’est pas seulement le projet du centre-ville Grenoblois, cela peut-être 49 projets d’investissements pour les 49 villes et villages de notre territoire.

Vous l’avez compris,

Parce que nous croyons dans la nécessité d’investir pour l’attractivité du cœur de la ville-centre.

Parce que nous croyons que la phase de test qui s’ouvre nous permettra d’apporter des ajustements au projet, voir éventuellement de le stopper et de faire marche arrière si la situation était aussi catastrophique qu’on peut nous l’annoncer.

Parce qu’enfin nous croyons profondément dans la légitimité de la commune et de ses élus à porter un projet structurant.

Le groupe ADIS soutiendra majoritairement cette délibération »

L’intervention de Guy Jullien en vidéo

L’article du Dauphiné Libéré sur le débat Cœurs de Ville Cœurs de Métropole Grenoble

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *