Conseil Métropolitain du 3 février: lancement de la démarche de projet métropolitain

Jean-Noël Causse est intervenu sur le délibération de lancement de la démarche de projet métropolitain:

« Nous avons tous reçu les vœux de Christophe Ferrari, nous engageant, je cite, « à imaginer et construire ensemble un avenir ouvert, fraternel et enthousiaste, pour toutes et tous ».

Je souhaite vraiment que nous puissions travailler tous ensemble à ce projet métropolitain dans cet esprit là.

Le groupe ADIS votera cette délibération parce que c’est le bon moment pour engager ce projet, parce que la méthode choisie devrait nous permettre de répondre aux véritables attentes des habitants et parce qu’elle les associe à l’ensemble du projet.

Tout d’abord, c’est le bon moment pour nous, conseillers métropolitains.

En effet, la première moitié de notre mandat a été majoritairement consacrée à organiser le fonctionnement de la Métro élargie, et à intégrer de nouvelles responsabilités.
C’est un travail difficile, qui nous a pris beaucoup de temps et d’énergie, mais qui nous a certainement rapprochés et qui nous a permis aussi de mieux connaître les interdépendances et les responsabilités qui sont les nôtres au sein de l’ensemble du territoire.

De plus la construction collective du PADD a largement contribué à développer une vision globale et partagée entre nous tous, partagée aussi notamment avec les conseillers municipaux qui ont été invités à participer à nos réflexions.

Grâce à tous ces échanges, des liens se sont tissés et resserrés entre nous, mais aussi avec de nombreux acteurs de notre territoire : les liens avec les habitants grâce aux multiples instances de participation et d’interpellation citoyenne, les liens avec les associations, qui sont des relais irremplaçables entre les habitants et les institutions, et les liens aussi avec les entreprises de toutes tailles et de tous statuts.

Ces liens sont permanents, ils touchent tous les domaines de nos compétences, ils sont forts et, malgré les dissonances inévitables, ils garantissent la solidité de nos choix et de leur mise en œuvre.

Pour nous, ces 3 premières années nous ont donc préparés à lancer ce chantier collectif et indispensable de construction d’un projet métropolitain, chantier que le groupe ADIS souhaite que nous lancions depuis un moment.

C’est le bon moment aussi de préparer ce projet parce que la Métro dispose de bases solides.

Elle dispose de son ancien projet d’agglomération, elle dispose aussi de la démarche engagée par la CC des balcons sud de Chartreuse et la Métro dispose enfin du projet de territoire chiffré et priorisé adopté par la communauté de communes du sud grenoblois.

La Métro dispose aussi des bases solides fournies par l’observatoire de l’Y grenoblois.

Récemment cet observatoire nous a présenté ses travaux sur les composantes du bien être, composantes exprimées par les habitants eux mêmes, et qui rejoignent les préoccupations recueillies sur « carticipe » au milieu de l’année dernière.

Ces données sont primordiales car le but du projet de territoire est bien, à notre avis, d’améliorer le bien être des habitants, en commençant par les plus défavorisés .

En conséquence, sur ces bases solides et sur les données détaillées de l’état des lieux prévu dans cette délibération, nous devrons travailler objectivement et en dehors de tout à priori ou de toute idéologie.

Nous devrons choisir les priorités adaptées aux véritables attentes exprimées par les habitants, puis fixer des objectifs concrets et chiffrés dans chacun des domaines de compétences de la Métropole.

Il nous faudra refuser la paresse des idées toutes faites et la facilité des habitudes.

Pour nous, la méthode est bonne par les objectifs déclinés dans les trois volets prévus dans cette délibération, elle est bonne aussi par la démarche proposée.

En particulier le volet « société » est pour nous primordial, car c’est lui qui, à partir des attentes exprimées par les habitants, nous indiquera les priorités à retenir, traduites en particulier en termes budgétaires.

Puis le volet « territoire » fixera des objectifs concrets à mettre en œuvre au sein de chaque axe de compétence métropolitaine.

Enfin nous approuvons le volet « gouvernance » pour plusieurs raisons. D’abord il prévoit que les groupes politiques travailleront tous ensemble, et l’expérience de l’ADIS montre que c’est possible et même positif. Ce volet gouvernance nous convient aussi car il permettra d’associer et de mobiliser au maximum les énergies des forces vives du territoire – habitants, acteurs, élus locaux – pour partager les constats, pour choisir les priorités, puis pour construire et mettre en œuvre ce projet métropolitain. Ces remontées et ces préconisations de terrain sont essentielles, elles sont le gage d’une construction véritablement démocratique. L’ADIS, pour sa part, sera attentive aussi à ce que le plus grand nombre de conseillers municipaux se saisissent de cette occasion pour bâtir ensemble notre métropole car ils sont le relais privilégié avec les habitants de chacune de nos communes.

En résumé, l’ADIS approuve donc cette délibération parce que notre collectivité a besoin de disposer d’un cap, parce que nous pouvons travailler sur des bases solides, parce que notre métropole est bien reliée aux forces vives de son territoire, et enfin parce que la méthode choisie est intéressante et démocratique. »

Retrouvez l’intervention de Jean-Noël Causse en vidéo

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *