Stratégie territoriale de sécurité et de prévention

Françoise Gerbier est intervenue au nom du groupe ADIS sur l’adoption de la stratégie territoriale de sécurité et de prévention:

 

« Nous ne pouvons que nous féliciter du travail qui s’est engagé autour de cette stratégie territoriale de sécurité et de prévention de délinquance. Il s’agit d’une démarche collective, qui associe l’ensemble de nos partenaires sur ces questions : la préfecture, le conseil départemental, et bien sûr la Métropole et ses 49 communes et nos partenaires.

En matière de sécurité et de prévention nous avons le besoin d’avancer collectivement en dehors de tout clivage politique et territorial. Ainsi, la création de groupes de travail permettra le partage d’expérience entre des communes confrontées à des problématiques semblables.

Sur le diagnostic on note malheureusement l’augmentation de la violence et des cambriolages, ce qui pose la question des moyens accordés aux forces de polices et de gendarmeries. On  se trouve en effet plutôt dans le cadre d’action de répression et après bon nombre d’années  de dégradations des conditions de travail, du manque d’effectifs, des moyens en général des forces de polices c’est le constat malheureux qui est fait.

Pour ce qui nous concerne nous, élus et acteurs de la métropole, nous nous situons plutôt dans le cadre de la prévention :

-Pour la jeunesse, car c’est bien sur ce sujet que la notion de prévention prend tout son sens, avec des mesures d’accompagnement des jeunes mineurs sur plusieurs points, comme la violence en milieu scolaire, le décrochage, le soutien à la parentalité etc…

-Pour les 16-25 ans nous soulignons le travail des missions locales et l’accompagnement à la recherche d’emploi.

-Notre volonté de développer les mesures de réparation et l’accueil des TIG (travail d’intérêt général).

-Souligner le travail de la prévention spécialisée, nouvelle compétence métropolitaine.

-Toutes les fiches proposées sur la tranquillité publique et sur la violence soulignent l’importance du dialogue avec la police et la gendarmerie qui est indispensable mais malheureusement difficile aujourd’hui, notamment depuis l’abandon de la police de proximité.

Pour finir, un focus sur les petites communes :

L’accompagnement des élus des petites et moyennes communes semble particulièrement intéressant pour les communes de notre groupe.  Si nos communes rurales et péri-urbaines sont moins exposées à la délinquance et au sentiment d’insécurité que les communes urbaines, la sécurité et la tranquillité publiques restent des préoccupations majeures pour nos habitants. D’autant  que nos communes sont moins dotées en moyens humains pour faire face à ces problématiques : pas de police municipale, difficultés à faire respecter la métropole apaisée… Nous avons un besoin de formation et d’accompagnement  des maires ou adjoints  sur des sujets divers comme le dialogue avec les jeunes, la mise en place de mesure de réparation, la question de la fourrière voiture  et également celle des animaux errants.

Enfin je souligne  le lien judicieux avec d’autres politiques de la métropole : l’espace public, avec l’importance du lien fait avec le PLU I et les aménagements  de voiries.

Nous soutenons donc fortement la volonté de la Métropole de prendre en compte les besoins et les problématiques énoncées et de chercher ensemble des solutions adaptées à nos spécificités. Plus globalement, nous appuyons cette démarche pragmatique et collective.

Retrouvez l’intervention de Françoise Gerbier en vidéo

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *