Retour sur le Conseil Métropolitain du 1er avril 2016

Après le vote du budget le 4 mars dernier, le Conseil Métropolitain s’est à nouveau réuni le vendredi 1er avril avec un ordre du jour varié. Des délibérations d’importance ont ainsi été votées: vote du schéma métropolitain de développement touristique, lancement de l’élaboration du schéma de desserte forestière, plan 2016-2020 de l’Economie Sociale et Solidaire etc… Retrouvez ci-dessous les interventions des membres du groupe ADIS sur ces délibérations.

[Schéma métropolitain de développement touristique]

g.balestrieri

Geneviève Balestrieri a salué la démarche collaborative d’élaboration du schéma directeur de développement touristique, construit avec les acteurs économiques, touristiques, mais également les groupes politiques.
Ce schéma porte des valeurs qui sont chères au groupe ADIS. En premier lieu, il est essentiel de replacer l’habitant au cœur de ce dispositif, car un territoire attractif pour les touristes c’est avant tout un territoire de qualité pour ses habitants. La mise en valeur de nos espaces naturels remarquables sera également un enjeu fort, à travers notamment notre réseau de sentiers.
Enfin, il sera nécessaire de partir de l’existant, car le tourisme est un levier du développement économique qui doit s’appuyer sur le rayonnement des équipements les plus importants ainsi que sur les produits touristiques existants et ayant déjà fait leur preuve comme les circuits patrimoniaux ou les routes des savoir-faire.

[Lancement de l’élaboration du schéma directeur des espaces économiques]

Jacques Nivon

Jacques Nivon a rappelé les priorités du groupe ADIS au sujet du lancement de l’élaboration du schéma directeur des espaces économiques :

-La question des friches : développement économique doit s’y faire en priorité sans toucher au foncier agricole.

-Avoir une véritable stratégie d’optimisation de l’espace en densifiant au maximum les zones. Cela nécessitera une organisation importante pour faire concorder l’offre et la demande : mixer les activités économiques dans un même espace ou dans un même bâtiment.

-Un constat : les terrains à vocation économique n’ont plus la même attractivité pour les investisseurs et les choix de valorisation s’orientent davantage sur la réalisation de logements. Nous devons donc faire en sorte que les espaces dévolus à l’activité économique le restent bien et ne soient pas concurrencés par l’habitat. Il est en somme nécessaire de sanctuariser ces espaces comme c’est le cas pour les terres agricoles.

-S’agissant de notre stratégie d’implantation des entreprises sur notre territoire, nous devrons veiller à un rééquilibrage en termes d’emplois, notamment dans le Sud où un déficit a été clairement identifié dans le cadre du SCOT de la Région Urbaine Grenobloise.

[Plan de développement 2016-2020 de l’Economie Sociale et Solidaire]

jn_causse

Pour Jean-Noël Causse c’est un secteur d’activités qui innove, expérimente les mutations des modes de développement de nos territoires  et renforce tous les autres secteurs. Il est enraciné sur notre territoire, donc créateur de vraies richesses, utiles à nos concitoyens. Pour la Métro, c’est un partenaire qui présente de multiples avantages et de multiples opportunités : nous pensons bien sûr aux entreprises d’insertion qui remplissent à la fois la fonction d’entreprise mais aussi celle d’insertion de nos concitoyens les plus défavorisés. Nous pensons aussi aux associations qui jouent un rôle essentiel dans nos communes, conjuguant des compétences professionnelles à des compétences bénévoles. Elles ont par exemple été précieuses dans nos communes au moment d’organiser les nouvelles activités périscolaires. De multiples pistes de partenariat entre les collectivités territoriales et l’ESS restent encore à inventer dans tous les domaines de compétences des uns et des autres, et nous comptons bien sur cette délibération pour y contribuer. »

[Lancement du dispositif Mur/Mur II]

jl_poulet

Jean-Luc Poulet a indiqué le soutien du groupe au lancement du projet Mur/Mur 2.
Néanmoins, il a rappelé qu’il sera nécessaire à l’avenir de mettre en place une aide directe pour les propriétaires de logement individuel les plus précaires, comme c’est le cas pour les copropriétaires dans ce dispositif Mur/Mur 2. Effectivement, le logement individuel représente 28% des consommations résidentielles annuelles sur notre territoire. Dans ces maisons individuelles le coût du chauffage en moyenne dépasse les 2000 par an, soit plus du double que pour un logement collectif. Cet écart entre ces types d’habitat accentue encore les difficultés des ménages les plus modestes en logement individuel. Il semble donc obligatoire d’inciter ce type d’habitat à renforcer leur isolation thermique et diminuer leur consommation énergétique tout en améliorant leur confort. Une telle aide pour les logements individuels contribuerait à atteindre les objectifs que s’est fixée notre métropole dans le cadre de la loi de transition énergétique, du plan air climat et de son schéma directeur de l’énergie, avec un objectif de réduire la consommation énergétique de 30% d’ici à 2020 et de 40% en 2030.

[Schéma métropolitain de desserte forestière et de mobilisation des bois]

f_audinos

Françoise Audinos a annoncé le lancement de l’élaboration du schéma de desserte forestière métropolitain.
Ce schéma de desserte forestière sera un véritable outil pour aménager et dynamiser notre territoire et ses forêts. Aujourd’hui, notre territoire est recouvert à 55% de forêts. Dans ce contexte, le schéma de desserte forestière sera un outil structurant, alors que nos forêts faiblement cultivées ont besoin, pour une meilleure exploitation, d’un schéma de dessertes forestières adaptées qui devra comprendre une fiche de la voirie actuelle, un plan de mobilisation par câble ainsi qu’un programme d’actions avec les priorités d’investissement. Il permettra de mieux organiser la filière économique d’exploitation, génératrice d’emplois, et contribuera au plan « énergie climat » de la métropole en développant la production des bois de construction ou d’énergie tout en maintenant les côteaux entretenus.