Conseil Métropolitain du 16 décembre – débat sur le Projet d’Aménagement et de Développement Durables (PADD)

Lors du Conseil Métropolitain du 16 décembre, les conseillers métropolitains devaient débattre des orientations générales du projet d’aménagement et de développement durables (PADD), un document qui sera le fondement du futur Plan Local de l’Urbanisme Intercommunal (PLUI), qui doit être adopté en 2019.

<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<

Jacques Nivon, président du groupe ADIS, est intervenu dans le cadre de ce débat, insistant notamment sur la méthode utilisée pour élaborer ce PADD. Effectivement, le président du groupe a tenu à souligner les débats très riches qui se sont tenus dans les conseils municipaux : « le fait que les conseillers municipaux aient participé, et en grand nombre quand on voit le bilan, c’est aussi de la richesse supplémentaire pour la construction de ce PADD. Si je souligne la participation de nos communes et de nos conseillers municipaux, et notamment pour le groupe ADIS qui représente 357 conseillers municipaux, c’est aussi car on ne veut pas se priver de la richesse qu’ils représentent. On considère que la commune reste la brique de base de la démocratie et qu’elle doit continuer d’exister. Aujourd’hui, la commune ne paralyse pas le développement de la Métropole, ce n’est pas un frein à sa prise de compétence. Avec une élection au suffrage universel direct, nous risquons un éloignement des populations, et nous deviendrons plus technocratiques. Si nous enlevons la proximité et la force de la commune, il n’y aura plus de citoyens mais uniquement des administrés. Pour ce qui nous concerne, nous voulons garder des citoyens ».

<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<

Guy Jullien est pour sa part intervenu dans le débat sur le PADD au nom de sa délégation commerce et artisanat : « Dans le PADD nous avons un engagement politique très fort de soutien au commerce de proximité, d’équilibre de la structure commerciale mais aussi de choix de réhabilitations des zones commerciales existantes. On en a longtemps discuté et ça va nous permettre avec le règlement du PLUi de déterminer un certain nombre de critères, de typologie de commerces, et nous aurons alors un vrai outil pour accompagner cette volonté politique de soutien au commerce de proximité et de destination ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *