Conseil Métropolitain du 16 décembre – affirmation du pôle public de l’énergie et choix du futur mode de gestion du réseau de chaleur principal de la Métropole

Le Conseil Métropolitain du 16 décembre était amené à se prononcer sur l’affirmation d’un pôle public de l’énergie, communauté de travail qui rassemble la Métropole et les acteurs publics ou semi-publics de l’énergie sur notre territoire, comme l’Agence Locale de l’Energie et du Climat (ALEC), les sociétés d’économie mixte assurant une mission de service public dans le domaine de l’énergie (CCIAG et GEG) et les opérateurs historiques gestionnaires des réseaux de distribution de gaz et d’électricité (ENEDIS et GRDF). Parallèlement à la création de ce pôle public, la délibération en question arrêtait le mode de gestion du réseau de chaleur principal de la Métropole, avec le choix de passer par une gestion déléguée via une Délégation de Service Public (DSP).

<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<

C’est Jean-Luc Poulet qui est intervenu au nom du groupe ADIS sur cette délibération:

« Pour le groupe ADIS, je tenais à saluer la création de ce pôle public de l’énergie. Nous sommes ainsi fidèles au cap que nous avions décidé en début de mandat, avec la volonté de mettre en place un véritable service public local de l’énergie réunissant les principaux acteurs de notre territoire dans un objectif d’efficacité énergétique et de développement d’énergies renouvelables produites localement.

À ce sujet, une filière bois énergie portée par la Métropole serait un véritable atout pour alimenter en partie ses propres réseaux de chaleur, mais également pour alimenter de futures chaudières à plaquettes ou à granules. Ces nouvelles chaudières performantes en chauffage individuel ou en petit collectif pourrait d’ailleurs bénéficier d’une aide métropolitaine équivalente à celle existante sur les appareils de chauffage au bois.

Les potentiels sont nombreux dans nos communes pour développer les productions d’énergies renouvelables, notamment solaire et hydraulique, et là encore le futur PLUi aura un rôle majeur à jouer, avec d’éventuels emplacements réservés.

Enfin, un mot sur le mode de gestion du chauffage urbain: nous soutenons le choix d’une gestion déléguée sous forme de DSP. Cela nous permettra de conserver la réactivité nécessaire à la bonne marche du service. Surtout, ce mode de gestion associé au pôle public de l’énergie pourra nous permettre de nous ouvrir aux territoires voisins sur les questions énergétiques. C’est une démarche que le groupe a toujours soutenu. »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *